La tradition basque avec les joaldunak

 

Etymologiquement « ceux qui ont des cloches», personnages mythiques du carnaval basque, leur origine remonte à la période païenne. Vêtus d'une jupette et d'un chapeau pointu décoré de nombreux rubans, ils portent, attachés dans le creux des reins, deux énormes cloches. Ils les font sonner en cadence, en maintenant un pas uniforme d'ensemble, tout en secouant un fouet de crin de cheval qu'ils tiennent dans leur main droite. Les ethnologues affirment que ces hommes chamanes, par le bruit des sonnailles conjugué au fouettage des lieux,  éloignaient les mauvais sorts, les esprits maléfiques, les maladies….. Ils commençaient leur travail  avec le solstice d'hiver jusqu'à la fin du printemps. Ces dates correspondent aux actuelles périodes de carnaval, à la victoire du jour sur la nuit, la renaissance de la nature, l'assurance de nouvelles récoltes et le temps de la fécondité. Cette période était aussi célébrée par les Romains sous le nom de Saturnales qui étaient des fêtes orgiaques.

 

  

 

« Les Joaldunak, personnages dont l'origine se perd dans la nuit des temps, revêtus d'une tenue quasi chamanique, ils chassent les mauvais esprits, et, exorcisent les sorcières». Docteur Jacques BLOT, correspondant des Antiquités Historiques d'Aquitaine in Artzainak, édition  Elkar S5/624-84.

« Derrière ce rite carnavalesque quasiment au seul son des grosses cloches, ne sommes nous pas en présence d'un ancien rituel de déshivernation de l'ours annonçant le renouveau du printemps, cherchant à protéger les vivants et les troupeaux ». Beñat Zintzo Garmendia et Thierry Truffaut in Carnavals Basques, Edition Loubatières n° 50 mai 1988.

 

 

Association créée en 1980, elle a la particularité d'être composée depuis ses débuts par des membres issus de tout le bassin de la Bidasoa, quelle que soit leur nationalité ou origine. Certains observateurs y trouveront les germes de la future cité de Txingudi, issus du consorcio qui rassemble les villes frontalières (France/Espagne) Irun, Hondarribia, Hendaye, et, d'autres un rapprochement Nord Sud au-delà de la Bidasoa.

Pour nous il s'agit principalement de regrouper des membres bénévoles qui souhaitent consacrer un peu de leur temps libre à renforcer la culture en général, celle qui nous est la plus proche, c'est à dire la culture basque, et, à vivre ensemble dans nos différences linguistiques et culturelles, dans le cadre et l'esprit de la loi d'association 1901.

Elle est créée à l'occasion de la préparation du carnaval traditionnel au début des années 80. Cette particularité marquera ses activités tout au long de ses plus de 30 années d’existence